Juhani Pallasmaa, architecte

L’arrivée d’internet au milieu des années 90 a donné accès aux premiers moteurs de recherche et a permis à chacun d’entretenir ses petites obsessions, voire de leur apporter de nouveaux et considérables développements.

Une des miennes concernait la phénoménologie que la lecture de la ‘Poétique de l’espace’ de Bachelard m’avait donné envie de comprendre. Trop vaste sujet, mais c’est ainsi.
L’association des entrées ‘phenomenology‘ et ‘architecture‘ sur le moteur Alta Vista faisait alors systématiquement ressortir les noms de Steven Holl et de Juhani Pallasmaa.

J’aimais bien, alors, l’architecture du premier (notamment sa Y House, ‘bifide’ et en bois rouge), et ai conservé quelques-uns de ses textes, dont The thin Ice (notre traduction ici), préface au livre le plus connu du second The Eyes of the Skin – couverture, table et illustrations ici – et apparemment très influencée par la lecture de Le visible et l’invisible – couverture et table ici – de Merleau-Ponty et notamment le chapitre intitulé « l’entrelacs – le chiasme » – scans ici).

De Pallasmaa, deux textes étaient téléchargeables : «Identity, Intimacy and Domicile » (scan de la version orginale ici et notre traduction ici) et « The lived Space » (scan de l’original ici), remarquables conférences abondamment illustrées (beaucoup de pertinence et d’humour dans le choix des images : le salon de John Wayne dans Indentity… ! – les essais se regardent avant de se lire), associées au texte « The Geometry of Feeling » – texte ici – (notre traduction ici) donnaient un premier aperçu de l’intérêt possible de l’application du regard phénoménologique sur la discipline architecturale.

Je passais du temps sur ses textes et, avec l’arrivée d’Amazon, les commandes de livres étrangers devenaient faciles. Je suivais avec grand intérêt l’activité éditoriale de Pallasmaa et finis par lui écrire un email au printemps 2006. [Je reste très critique de la notion de progrès et me tiens éloigné des réseaux sociaux mais il faut reconnaître que le décollage du numérique connecté dans les années 90 a changé nos vies…]. Sa sympathique réponse m’encourageait à me lancer dans la traduction de son ouvrage majeur, The Eyes of the Skin – couverture, table et illustrations ici, que John Wiley venait de rééditer. Travail de moine matinal, sans autre ambition que la transmission à mes proches, je l’achevais péniblement à la fin de l’été 2010. A l’automne 2010 arrivait sur la table des nouveautés de mon libraire le livre Le regard des sens – couverture et table ici – , traduction officielle de The Eyes of the Skin paru aux excellentes Editions du Linteau. J’achetai le livre, le lisais un peu… La traduction est meilleure que la mienne mais le merveilleux appareil de notes original, si important pour comprendre la culture – le monde – qui soutient l’ouvrage, est incomplet. Je la livre ici sans l’avoir relue depuis longtemps. Rémi Laporte en fit une bonne recension dans le n°203 de la revue AMC.

Très prolixe, longtemps membre du jury du Pritzker Price, spécialiste de son compatriote Alvar Aalto (scan de l’introduction du GA n°67 ici), Juhani Pallasmaa a étendu le champ de l’architecture aux autres arts (cf. The Architecture of Image – Existential Space in Cinema – couverture et table ici, excellent ouvrage consacré au cinéma) et à la philosophie. La plupart de ses essais ont été rassemblés, et parfois réécrits, dans deux recueils Encounters – couverture et table ici – et Encounters 2 – couverture et table ici.

Publié pour son soixante-dixième anniversaire, Archipelago – couverture et table ici – réunit les essais-hommages d’une vingtaine des plus grands noms de l’architecture mondiale.

Recoupant une autre de nos préoccupations, la question de la modestie, un intéressant essai de Pallasmaa, « Toward an Architecture of humility » (notre traduction ici), paraissait en 2007 dans le recueil Judging Architectural Value édité par William S. Saunders pour les presses de l’Université du Minnesota.

Toujours en 2007, dans le n°20-21 (mars) des Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, Panos Mantziarias introduisait rapidement à l’œuvre de Pallasma et produisait la traduction française par Sophie Jacotot du texte « Touching the world » de 2004.

Un entretien de 2018 avec Marcus Weisen, The Meaning of the Archaïch in Architecture Today, a été publié dans L’archaïque et ses possibles – couverture et table ici – paru chez Métispress à l’automne dernier. Curieusement conservé en anglais dans le livre, nous donnons notre traduction ici de cette belle synthèse d’une vie d’amitié pour l’architecture.

HT, 29 mars 2021

Bibliographie présente à l’agence

J. Pallasmaa, “Villa Mairea – fusion of Utopia and Tradition”, in Global Architecture n°67, Y. Futagawa (éd.), GA 67, Tokyo, A.D.A. EDITA, 1985

J. Pallasmaa, “An Architecture of the Seven Senses”, in Questions of Perception, A. Pérez-Gomez (éd.), Tokyo, A+U Publishing Co, 1994 1998

J. Pallasmaa, “The Geometry of Feeling: A Look at the Phenomenology of Architecture”, in Theorizing Architecture Theory, K. Nesbitt (éd.), New York, Princeton Architectural Press, 1996, p.447

J. Pallasmaa, The Architecture of Image – Existential Space in Cinema, Helsinky, Rakennustieto, 2001

J. Pallasmaa, “Introduction – Thought and Experience in Rick Joy’s Desert Architecture”, in Rick Joy Desert Works, New York, Princeton Architectural Press, 2002, p.10

J. Pallasmaa, “The Art of Reason: Utility, Technique and Expression in Architecture”, in Gentle Bridges: Architecture, Art and Science”, M. Zerial (éd.), Basel, Birkhauser, 2003

J. Pallasmaa, “Préface”, in Alvar Aalto designer”, Musée Alvar Aalto (éd.), Paris, Gallimard, 2003

J. Pallasmaa, Encounters – Architectural essays, P. MacKeith (éd.), Helsinky, Rakennustieto, 2005

J. Pallasmaa, The Eyes of the Skin, Chichester, John Wiley, 2005

Archipelago, essays on Architecture for Juhani Pallasmaa, P. MacKeith (éd.),  Helsinky, Rakennustieto, 2006

J. Pallasmaa, “Toward an Architecture of Humility: On the Value of Experience”, in Judging Architectural Value, William S. Saunders (éd.), Minneapolis, Minnesota University Press, 2007

J. Pallasmaa, “Toucher le monde » in L’espace anthropologique, Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine n°20-21, Paris, Editions du Patrimoine, 2007

J. Pallasmaa, The Thinking Hand – Existential and Embodied Wisdom in Architecture, Chichester, John Wiley, 2009

J. Pallasmaa, Le regard des sens, Paris, Editions du linteau, 2010

J. Pallasmaa, The Embodied Image: Imagination and Imagery in Architecture, Chichester, John Wiley, 2011

J. Pallasmaa, Encounters 2 – Architectural essays, P. MacKeith (éd.), Helsinky, Rakennustieto, 2012

J. Pallasmaa, La main qui pense, Arles, Actes Sud / Architecture, 2013

J. Pallasmaa et M. Weisen, The Meaning of the Archaïch in Architecture Today, dans L’archaïque et ses possibles, Métispress, 2020